Assorted work tools on wood

Comme pour l’installation du réseau ADSL (la transmission numérique haut débit utilisant le réseau téléphonique), l’installation de la fibre optique sur notre territoire affiche une forte asymétrie géographique. Si les centres villes des métropoles sont rapidement équipés, certains immeubles restent privés de l’accès au réseau fibré, et plusieurs zones moins urbaines sont encore totalement dépourvues d’infrastructures de la fibre. Il faudra attendre encore quelques années pour que la généralisation de l’infrastructure se fasse sur l’ensemble de l’hexagone. De nombreux postes de techniciens dédiés à l’installation de la fibre se sont ouverts, dans plusieurs groupes spécialisés. Ces derniers se partagent l’immense chantier d’installation qui reste à couvrir, en fonction des demandes des autorités publiques. Le gouvernement estimait qu’il fallait attendre 2019 pour voir le pic de recrutement des techniciens atteint : environ 20 000 postes supplémentaires devaient être pourvus pour ce métier spécialisé à ce moment-là. A l’approche de la fin d’année, certains postes cherchent encore des candidats, pour ce métier particulier qui permet d’utiliser un outillage à la pointe de la technologie, nécessitant un usage précis et le respect de certaines règles de sécurité strictes.

Les actions du métier de technicien de la fibre

Les opérateurs d’infrastructures de télécommunication répondent à la demande des acteurs publiques qui planifient et financent l’installation des réseaux fibrés sur le territoire. Les techniciens qui vont travailler au contact du terrain représentent donc un maillon d’une chaine assez large, regroupement des acteurs à la verticalité très différentes. Notez par exemple l’intervention des bureaux d’études qui vont valider le développement des chantiers, ou bien encore les équipementiers qui fabriquent les câbles et la fibre. Il va falloir tenir compte des questions d’approvisionnement ou de manutention pour respecter les conditions d’utilisation des matériaux utilisés et favoriser la durabilité des infrastructures.

Les actions du technicien vont du tirage de câbles aux raccordements et aux différentes soudures nécessaires. Les techniciens vont utiliser un large panel de techniques et de savoir faire pour pouvoir remplir leur mission. Il faut savoir que des techniciens expérimentés peuvent tirer jusqu’à 2400 mètres de fibres en une seule journée. Cependant, malgré ce chiffre impressionnant, les estimations les plus optimistes ne planifient pas une fin du chantier (an niveau national) avant 2025 ou 2030.

Un matériel éclectique qui demande un savoir-faire particulier

Les techniciens de la fibre optique ne forment pas un ensemble homogène et singulier. Les spécialisations sont multiples au sein de cette branche : les mesureurs, les tireurs, les soudeurs, les soudeurs optiques, les responsables de chantier ou encore les conducteurs de travaux vont former les différentes strates d’une équipe d’installation. Les besoins en matériel sont donc importants et diversifiés. Certains acteurs spécialisés dans ces fournitures, comme Telenco Distribution, proposent un catalogue complet recouvrant tous les besoins classiques des techniciens installateurs de la fibre. Des équipement EPI (protection personnelle du travailleur), à l’outillage (du plus simple au plus complexe), jusqu’aux indispensables du tirage et de l’aiguillage. La liste des outils nécessaires est très longue et dépendante de la typologie de chantier sur lequel le technicien sera amené à travailler. Notons seulement ici qu’entre les outillages à mains, l’outillage télécom proprement dit, les instruments de mesures électroportatifs, les outils de frappes ou de marques, les nécessaires à soudure et fixation, ou bien encore tout le matériel classique de chantier, les techniciens télécoms sont amenés à développer un savoir-faire riche et transversal, qui apparait comme un investissement humain particulièrement pertinent sur le long terme.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqué *