Répondant à une stricte législation dans un but légitime de sécurité routière, la vente de pièces détachées peut cependant faire l’objet de transactions sous certaines conditions. Vente d’une voiture pour pièces, casses auto ou encore sites spécialisés, constituent en effet autant de solutions d’amortir son budget.

La vente réglementée de pièces détachées

Lorsqu’un véhicule est obsolète, en panne, accidenté ou hors état de rouler, il est possible d’en vendre les pièces détachées sous certaines conditions. Afin de favoriser le marché de l’occasion et d’alléger le budget des ménages, les pouvoirs publics ont légiféré. À compter du 1er janvier 2017, les garagistes ont en effet l’obligation de proposer aux particuliers des pièces détachées d’occasion. À l’exception de certains organes de sécurité, les automobilistes peuvent ainsi acheter et vendre différents éléments de leur véhicule à l’instar des optiques de phare, des pièces de garnissage et autres éléments de vitrage non collés. Il convient alors de distinguer les pièces détachées de visibilité, de fonctionnement et d’habitacle. La loi Hamon de 2005 dispose en effet que les pièces détachées auto doivent répondre à des normes. Millésime du véhicule, modèle et marque, type de motorisation et autres aspects régissent aujourd’hui la vente légale de pièces détachées neuves et d’occasion.

Sites généralistes et plates-formes de vente spécialisées

Solution économique afin d’épargner sur son budget auto, la vente de pièces détachées neuves ou d’occasion profite de tous les avantages du numérique. Si les traditionnelles casses constituent toujours l’assurance de dénicher ou de vendre certains éléments de son véhicule, les atouts des nouvelles technologies et du web profitent à tous les usagers. Leboncoin, vivastreet, autocadre, bonnevoiture, paruvendu, careco, vendez votre voiture et bien des sites sont disponibles pour vendre sa voiture pour pièces ou des pièces détachées. Avec cependant l’obligation de respecter un cadre légal et de bien rédiger son annonce, il est possible de se débarrasser de sa voiture ou de certains de ses éléments. Vendre sa voiture pour pièces doit ainsi faire l’objet de l’indication « vendue pour pièces », avec le certificat d’immatriculation barré apposé sur le certificat de vente. Petites annonces entre particuliers, garagistes, casses, sites spécialisés : de nombreuses formules facilitent la tâche des particuliers.

Différentes pièces détachées

Depuis 2009 le législateur a interdit la vente d’un véhicule non-roulant, même pour pièces. Attention également à la destination finale du véhicule, car même à des fins de destruction il reste obligatoire de respecter un cadre formel. Une déclaration de retrait de circulation doit en effet être effectuée auprès d’un centre Véhicule à Détruire et Carte grise (VHU) agréé. Sous peine d’une forte contravention, il est même interdit d’abandonner son véhicule. Parce que la vente de pièces détachées répond à des normes strictes, il convient d’être particulièrement vigilant. Il existe ainsi différents niveaux de qualité de pièces auto. Les pièces d’origine répondent à des critères de qualité propres aux constructeurs automobiles. Les pièces dites « adaptables », sont quant à elles moins onéreuses mais de moins bonne qualité. Celles de réemploi sont, elles, issues d’un précédent véhicule et sont le plus généralement reconditionnées. La vente de pièces détachées sur lemarché de l’occasion suppose alors quelques connaissances techniques.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqué *