Deprecated: Return type of Requests_Cookie_Jar::offsetExists($key) should either be compatible with ArrayAccess::offsetExists(mixed $offset): bool, or the #[\ReturnTypeWillChange] attribute should be used to temporarily suppress the notice in /home/manarndk/des-hommes-et-des-clous.com/wp-includes/Requests/Cookie/Jar.php on line 63

Deprecated: Return type of Requests_Cookie_Jar::offsetGet($key) should either be compatible with ArrayAccess::offsetGet(mixed $offset): mixed, or the #[\ReturnTypeWillChange] attribute should be used to temporarily suppress the notice in /home/manarndk/des-hommes-et-des-clous.com/wp-includes/Requests/Cookie/Jar.php on line 73

Deprecated: Return type of Requests_Cookie_Jar::offsetSet($key, $value) should either be compatible with ArrayAccess::offsetSet(mixed $offset, mixed $value): void, or the #[\ReturnTypeWillChange] attribute should be used to temporarily suppress the notice in /home/manarndk/des-hommes-et-des-clous.com/wp-includes/Requests/Cookie/Jar.php on line 89

Deprecated: Return type of Requests_Cookie_Jar::offsetUnset($key) should either be compatible with ArrayAccess::offsetUnset(mixed $offset): void, or the #[\ReturnTypeWillChange] attribute should be used to temporarily suppress the notice in /home/manarndk/des-hommes-et-des-clous.com/wp-includes/Requests/Cookie/Jar.php on line 102

Deprecated: Return type of Requests_Cookie_Jar::getIterator() should either be compatible with IteratorAggregate::getIterator(): Traversable, or the #[\ReturnTypeWillChange] attribute should be used to temporarily suppress the notice in /home/manarndk/des-hommes-et-des-clous.com/wp-includes/Requests/Cookie/Jar.php on line 111

Deprecated: Return type of Requests_Utility_CaseInsensitiveDictionary::offsetExists($key) should either be compatible with ArrayAccess::offsetExists(mixed $offset): bool, or the #[\ReturnTypeWillChange] attribute should be used to temporarily suppress the notice in /home/manarndk/des-hommes-et-des-clous.com/wp-includes/Requests/Utility/CaseInsensitiveDictionary.php on line 40

Deprecated: Return type of Requests_Utility_CaseInsensitiveDictionary::offsetGet($key) should either be compatible with ArrayAccess::offsetGet(mixed $offset): mixed, or the #[\ReturnTypeWillChange] attribute should be used to temporarily suppress the notice in /home/manarndk/des-hommes-et-des-clous.com/wp-includes/Requests/Utility/CaseInsensitiveDictionary.php on line 51

Deprecated: Return type of Requests_Utility_CaseInsensitiveDictionary::offsetSet($key, $value) should either be compatible with ArrayAccess::offsetSet(mixed $offset, mixed $value): void, or the #[\ReturnTypeWillChange] attribute should be used to temporarily suppress the notice in /home/manarndk/des-hommes-et-des-clous.com/wp-includes/Requests/Utility/CaseInsensitiveDictionary.php on line 68

Deprecated: Return type of Requests_Utility_CaseInsensitiveDictionary::offsetUnset($key) should either be compatible with ArrayAccess::offsetUnset(mixed $offset): void, or the #[\ReturnTypeWillChange] attribute should be used to temporarily suppress the notice in /home/manarndk/des-hommes-et-des-clous.com/wp-includes/Requests/Utility/CaseInsensitiveDictionary.php on line 82

Deprecated: Return type of Requests_Utility_CaseInsensitiveDictionary::getIterator() should either be compatible with IteratorAggregate::getIterator(): Traversable, or the #[\ReturnTypeWillChange] attribute should be used to temporarily suppress the notice in /home/manarndk/des-hommes-et-des-clous.com/wp-includes/Requests/Utility/CaseInsensitiveDictionary.php on line 91
Amelie | Des hommes & des clous
Deprecated: preg_replace(): Passing null to parameter #3 ($subject) of type array|string is deprecated in /home/manarndk/des-hommes-et-des-clous.com/wp-includes/formatting.php on line 5397

Comment changer les luminaires de votre maison ?

Vous avez envie de changement ou simplement votre plafonnier fait des siennes et ne fonctionne plus correctement ? La meilleure solution pour régler cela est bien évidemment de remplacer votre luminaire. Ici il n’est absolument pas question de faire appel à un professionnel qui certes fera un très bon travail, mais qui vous coutera très cher. Faites-vous confiance. Rien ne vaut un remplacement que vous aurez fait vousmême et dont vous pourrez être fier. Le budget pour le professionnel pourra vous servir à acheter un luminaire plus beau ou à faire un petit plaisir. Voici tout ce que vous devez savoir pour remplacer votre luminaire en moins de temps qu’il en faut pour le dire.

Les précautions à prendre

Bien évidemment avant de commencer, il est indispensable de prendre certaines précautions. Cela vous évitera de vous faire électrocuter ou de vous faire mal en tombant. Donc première chose à faire avant de commencer votre ouvrage : couper l’électricité. Même si cela peut ennuyer certaines personnes dans la maison, sachez que remplacer un luminaire signifie faire des branchements avec des fils qui sont à nu. Donc il y a des risques d’électrocution si l’électricité n’est pas coupée. Ensuite, pour réussir un ouvrage de qualité, utilisez un escabeau qui est à la hauteur du luminaire et qui ne tangue pas pour éviter les chutes. Enfin, assurez-vous que vos mains soient sèches et que le sol ne présente aucun signe d’humidité pour éviter l’électrocution.

Les outils nécessaires

Le premier outil indispensable est l’escabeau pour vous permettre d’atteindre le luminaire. Comme dit précédemment, il faut qu’il soit assez haut pour que puissiez avoir une vue horizontale sur ce que vous faites. Il vous faut ensuite une perceuse, un aspirateur pour récupérer les dégâts faits par la perceuse, un tournevis, une visseuse, un marteau et des chevilles. Faites en sorte que tous les outils qui le peuvent soient dotés d’un revêtement isolant pour éviter un accident d’électrocution.

La marche à suivre

Premièrement, retirez votre luminaire précédent s’il y en a un, en enlevant les vis une à une et en soutenant le luminaire pour ne pas qu’il s’écrase au sol. Lorsque le précédent luminaire est enlevé, faites vos marquages. Prenez en compte la place où vous souhaitez mettre votre lampadaire, mais aussi celle que les vis doivent avoir selon le support. Utilisez un crayon pour faire des marques aussi précises que possible. Ensuite, il ne vous reste plus qu’à faire les trous nécessaires à l’aide de votre perceuse. Placez ensuite dans les trous les chevilles à l’aide d’un marteau pour qu’elles soient mieux fixées. Après toutes ces opérations, il ne vous reste plus qu’à mettre en place votre luminaire en effectuant les branchements et en mettant les fils à l’intérieur pour éviter qu’ils ne soient pincés. Et voilà, le tour est joué. N’oubliez pas de choisir un luminaire de remplacement de qualité pour ne pas être déçu et avoir à refaire la même installation plusieurs fois.

Les mesures de sécurité lorsque l’on change son luminaire

Quand une ampoule est grillée, son remplacement est un réflexe automatique. Ce geste devient même si anodin que peu de personnes prennent les mesures de sécurité nécessaires. En effet, le courant électrique représente un danger permanent. Il ne suffit donc pas de retirer le luminaire défaillant et de le changer en un geste trois mouvements. Il est important de limiter, voire de supprimer tous les risques liés à cette opération pour éviter les accidents. D’autant plus que l’intervention peut être plus importante et plus complexe dans certains cas.

Les règles de sécurité de base

Avant de faire tous les travaux électriques, la première étape consiste à couper l’arrivée du courant. Il ne faut pas non plus oublier de bien se sécher les mains tout en s’assurant aussi que le sol est bien sec. C’est aussi l’occasion de bien ranger les rallonges et fils électriques afin qu’ils ne s’entremêlent pas. De cette manière, vous gagnez du temps lors des prochaines interventions. Vous reconnaissez immédiatement les fils associés au luminaire quand vous souhaitez remplacer la douille, l’interrupteur ou le lustre lui-même.

Opter pour des luminaires appropriés

Une ampoule ne vaut pas une autre, car il en existe différents modèles sur le marché. Assurez-vous de choisir le bon produit avant de l’installer. Dans le cas contraire, cela risque de provoquer un dysfonctionnement de votre circuit électrique. L’ampoule pourrait griller ou éclater en mille morceaux lorsque vous remettez le courant en marche. Ce genre de situation est très dangereux pour vous, puisque cela peut entraîner un départ de feu. La meilleure précaution est de toujours se référer aux recommandations du fabricant.

Faire le choix des bons produits

Il faut savoir que les ampoules halogènes et à incandescence émettent de la chaleur. Vous devez donc les éloigner de matériaux susceptibles de s’enflammer comme les papiers, les tissus et le bois. Ces types d’ampoules ne sont pas non plus conseillés pour les spots à encastrer et les lampes d’escalier. Les produits utilisés doivent aussi être conformes avec les standards en vigueur. Pour vous en assurer, le plus simple est de vérifier les informations indiquées sur l’étiquette. Celle-ci mentionne au minimum la puissance et le voltage de l’ampoule, son niveau et sa classe de protection. Elle montre également une photo du culot de la lampe. Ce détail vous permet de savoir si le produit est vraiment compatible avec la douille de votre luminaire.

Utiliser les outils adéquats

La qualité est un des points que vous devez privilégier lors de toutes les interventions électriques. Cela vaut autant pour le luminaire que les outils utilisés. Ceux-ci doivent également répondre aux normes de sécurité. Les tournevis et les pinces doivent ainsi être équipés d’un revêtement isolant. Ce matériau a pour mission d’empêcher l’électricité de passer quand vous faites vos tests. Il arrive en effet que la lumière ne s’allume toujours pas même après avoir changé l’ampoule. Dans ce cas, il faut savoir si cela ne provient pas d’une mauvaise installation. Vous devez alors tester jusqu’où le courant passe.

Fabriquer son propre mobilier de cuisine

Faire soi-même ses meubles de cuisine permet d’avoir une décoration originale, de vous familiariser avec votre pièce de préparation culinaire et surtout de vous délibérer de leur prix souvent élevé. Ce guide saura vous satisfaire dans votre recherche d’astuces pour fabriquer son propre mobilier de cuisine.

Planifier son intervention

Définir le(s) meuble(s) que vous préfériez monter avant de commander ou rassembler les panneaux de constructions de meuble, chants thermocollants, outils à mains, clous et pointes, machines, connecteurs à bois et ferrures. Vous pouvez monter la majorité des meubles cuisines à savoir les supports aide pour cuisine et essuie-tout, le porte-couteaux, le saladier, la poubelle et les mobiliers de rangement tels que le buffet et les étagères.

Mesurer avant le perçage et le vissage

Adaptez les techniques de mobilier pour réussir votre montage. La précision de la mesure est essentielle pour éviter le gaspillage de matériau et de temps. Il s’agit d’une étape où règle et mètre, crayon, œil et mains, cerveau et attention sont mis à l’épreuve. Des fissures peuvent se produire lors d’une erreur de mesure. Tenez compte aussi du diamètre de la perceuse et respectez le gabarit de centrage le long de cette première phase de fabrication.

Découper les panneaux de construction

Bien choisir le type de scie avant le découpage. Pour une pièce de bois épais, les scies électriques sont à privilégier. Une scie manuelle fera l’affaire si vous travailliez sur du bois moins robuste. Le polissage avec du papier abrasif ou une ponceuse doit avoir lieu avant d’effectuer l’assemblage.

Assembler les pièces du meuble percées et poncées

L’écartement du rayonnage, la perpendicularité entre les parois latérale et arrière et la correspondance entre les ferrures d’assemblages et les chevilles à visser sont à vérifier avant de procéder à l’assemblage. N’oubliez pas les chants thermocollants sur les arêtes et de toujours tourner les vis dans le sens des aiguilles d’une montre.

Activités complémentaires et entretien

Un meuble de cuisine fait par vos soins est fabriqué pour durer et impressionner ses convives. Pour le mettre en valeur, vous pourrez recouvrir les têtes de vis, l’enduire de vernis ou le couvrir de peinture. Pour l’entretien, le lavage à sec est à privilégier. Les meubles en bois n’aiment pas l’humidité. Vous devez procéder au séchage régulier du sol afin d’éviter tous dommages liés à l’action corrosive de l’eau. Aérez bien la pièce de votre cuisine et laissez la lumière du jour l’éclairer pour retrouver le bien-être dans votre concoction de recettes culinaires.

Comment construire une piscine dans votre jardin?

Envisagez-vous de faire construire une piscine dans votre jardin ? Pour mener à bien ce projet, une bonne préparation est nécessaire. De son emplacement au type de bassin en passant par sa forme et taille ou encore des autorisations administratives, vous devez en effet réfléchir à divers points avant d’engager les travaux de construction d’une piscine dans votre jardin.

Construction d’une piscine : dimensions et emplacement

Dès lors que l’on pense à aménager une piscine dans son jardin, il va sans dire que l’on dispose d’espace pour l’y intégrer. Ce faisant, les dimensions du bassin se définiront en fonction des mètres carrés disponibles. A ceux qui disposent d’un petit jardin, toutefois suffisamment spacieux pour accueillir une piscine, songez à harmoniser la taille de celle-ci avec le volume global du jardin pour un effet visuel réussi. En d’autres termes, que votre bassin ne prenne pas toute la place disponible du jardin. Ne perdons pas ainsi de vue qu’une installation de piscine implique également l’installation d’un local technique. L’emplacement de ce dernier est donc aussi à prévoir.

Si l’espace ne manque pas, les dimensions du bassin seront définies en fonction des besoins et des raisons pour lesquelles l’on souhaite avoir une piscine dans son jardin. Souhaitez-vous un bassin familial, une sorte d’aire de jeux aquatique pour les enfants ? Une piscine aux formes originales pour recevoir et faire trempette les chaudes journées d’été ? Ou plutôt un bassin aux dimensions adaptées pour faire des longueurs ? Une fois les dimensions précisées, il sera toujours temps de choisir le type de piscine : hors sol, mi-enterrée, enterrée ; ainsi que ses formes : arrondies, carrée, rectangulaire ou aux courbes atypiques.

Avant de commencer à creuser le lit du bassin, bien vérifier que l’emplacement choisi est parfait pour profiter au mieux de votre future piscine. A l’abri des regards indiscrets et du vent, ensoleillé et éloigné des arbres, tels sont les critères d’un bon emplacement pour une piscine dans le jardin. Ces points définis, n’oubliez pas de passer au service d’urbanisme de votre mairie pour s’enquérir des règles et formalités à suivre en matière de construction d’une piscine extérieure chez soi.

De la construction proprement dite d’une piscine

La construction d’une piscine demande un certain savoir-faire. Du terrassement du terrain à la pose des revêtements et des installations des raccords électriques en passant par la mise en œuvre de la structure en béton, l’idéal serait en effet de faire appel à un professionnel expérimenté. Ceux qui souhaitent toutefois construire leur piscine de leurs propres mains peuvent néanmoins se tourner vers les piscines enterrées en kit. Les travaux débuteront de préférence dès l’automne ou avant le printemps. Durant ces saisons, les terrains se travaillent plus facilement, car les nappes d’eau sont au plus bas niveau. De plus, cela vous permettra de finir les travaux dès le retour des beaux jours !

Comment créer un atelier de bricolage dans son garage?

Parmi les activités de loisir les plus populaires, le bricolage figure en bonne position. Occupant le quotidien de millions de Français, les activités de bricolage permettent d’allier intelligemment l’utile à l’agréable. Voici les quelques conseils que nous pouvons vous donner pour aménager un atelier de bricolage dans votre garage. Suivez-le guide.

Un plan de travail adapté

Pour travailler efficacement, tout est une question de matériel ! La pièce essentielle que vous devrez vous procurer en premier lieu sera un plan de travail fixe et robuste. Pour travailler efficacement, il conviendra de réfléchir au préalable à la dimension du plateau de votre établi ainsi qu’à la charge maximale qu’il sera capable de supporter. Selon la nature de vos activités et votre fréquence de travail, sachez qu’il existe différents types d’établis, chaque modèle étant mieux adapté à une situation précise :

– L’établi de menuiserie, traditionnellement fabriqué en bois massif. Disposant de nombreux rangements et de dispositifs de serrage, il constitue le plan de travail passe-partout par excellence. – L’établi de mécanicien. Idéal pour ranger tous vos tournevis et les clés de différentes tailles. – Les établis roulants ou pliants seront quant à eux parfaitement adaptés aux petites surfaces et aux travaux de bricolage itinérants.

Les outils de bricolage indispensables

Le bricolage est un vaste domaine qui recoupe de nombreuses spécialités. Votre outillage dépendra donc principalement de votre activité principale. Certains outils indispensables devraient cependant être présents dans tous les ateliers. Pour que vous puissiez vous doter du matériel nécessaire à l’avancement de vos travaux, voici une liste d’outils qu’il sera primordial d’acquérir :

– Des marteaux et une massette – Une paire de gants, un masque et des lunettes de protection – Un lot de tournevis plats ou cruciformes – Des pinces multiprises et coupantes – Un ensemble de clés Allen, à molette et plates – Des scies à métaux et à bois – Un étau – Une perceuse électrique, à colonne ou à main – Des outils de mesure : un niveau à bulle, une équerre et un réglet – Des spatules et des grattoirs – Un ensemble de pots de peinture, de colles et de rubans adhésifs – Des pièces de quincaillerie : vis, clous, boulons, etc.

L’organisation de votre atelier

Après avoir défini la superficie dont vous aurez besoin – elle dépend de la diversité de vos travaux et varie généralement entre 5 et 15 m2 -, il sera grand temps de passer à l’agencement de votre atelier.

Pour profiter de la luminosité de la pièce et économiser un maximum d’espace, il est conseillé d’installer votre plan de travail principal à proximité d’une fenêtre, contre un mur. Les rangements dont il dispose et le plan mural supérieur vous aurez installé vous permettront d’accéder rapidement aux outils les plus courants.

Pour que vos travaux de bricolage se déroulent de la manière la plus fluide possible, n’oubliez pas de vous procurer des rangements en quantité suffisante. Un côté de la pièce pourra ainsi recevoir le matériel que vous n’utilisez qu’occasionnellement. Le côté opposé sera quant à lui destiné au stockage des outils les plus courants. Pour faciliter le rangement, les placards, les rayonnages et les étagères ouvertes feront parfaitement l’affaire.

Quelques règles de rangement

N’oubliez pas que les produits dangereux et toxiques – pensons notamment à la peinture et la colle – doivent impérativement être stockés dans des placards fermés. Cette attention limitera les risques d’accident, notamment pour les plus jeunes enfants.

Pour éviter l’écroulement de vos étagères, il vous suffira enfin de suivre une règle simple : les petits outils seront ainsi de préférence rangés dans les parties supérieures tandis que les objets les plus lourds, comme les appareils électriques portatifs, occuperont les parties inférieures.

À vos outils !

Quand changer et comment changer de fenêtre?

Quand changer et comment changer de fenêtre? On ne jette pas souvent un œil à ses fenêtres et celles-ci vieillissent tranquillement dans leur coin. Mais arrive un jour où il est trop tard et que celles-ci ne servent plus à vous protéger de l’extérieur. Avant que ce moment n’arrive, il y a quelques petits signes à observer. Ensuite, lancez vous et changer votre équipement dans les meilleures conditions !

Surveiller l’étanchéité de la fenêtre

Une fenêtre doit avant tout vous protéger des agressions extérieures – pluie, vent, air froid ou chaud – tout en laissant passer la lumière. Pour vérifier qu’elle assure bien son rôle, vous devez procéder à quelques observations. La première est que la fenêtre vous protège toujours bien. Passez la main autour du cadre. Si vous sentez de l’air, ce n’est pas normal. Dans ce cas, il peut s’agir d’une dégradation du dormant qu’il soit en bois, en aluminium ou en plastique. Même résistantes, ces matières finissent par s’user au fil du temps. La condensation peut aussi être un signe avertisseur de problèmes. Ne le négligez pas car une condensation trop importante peut dégrader votre bâti. Un dysfonctionnement – ouverture ou fermeture difficile – peut aussi être une bonne raison pour changer ses fenêtres.

Comment changer ses fenêtres ?

Deux cas sont possibles. Le plus simple, le changement de fenêtre avec un dormant en bon état se fait rapidement et sans trop de travaux. La première opération consiste à retirer les anciens ouvrants. Une fois l’opération réalisée, profitez-en pour vérifier les différentes parties du cadre. Si vous adaptez des fenêtres de dimensions légèrement différentes, c’est le moment d’ajuster le cadre. Vous pouvez également retirer la menuiserie en surépaisseur pour un fini parfait. Pensez à toujours bien aspirer la poussière. Cela permettra au joint sur lequel va reposer votre dormant de bien adhérer. Une fois le cadre bien propre, posez votre joint. N’hésitez pas à mettre une couche épaisse pour que le produit s’étale au mieux et adhère sur toute la surface. Ce joint, outre l’adhérence, assure aussi l’étanchéité de la fenêtre. Il est donc indispensable. Positionnez ensuite votre nouveau dormant et mettez-le à niveau – utilisez un niveau à bulle pour plus de précisions. S’il n’est pas à niveau, posez des petites cales dans le joint. Vous les découperez une fois l’installation terminée. Vissez ensuite le dormant puis installez les ouvrants. Poursuivez l’installation avec les travaux de finition. Installez la poignée en la vissant. Pour supprimer le jour entre le dormant et l’ancienne menuiserie, posez un joint à bourrer ou mousse. N’hésitez pas à bien le faire pénétrer – utilisez votre tournevis. C’est lui qui assure l’étanchéité de votre installation. Posez ensuite par-dessus un joint en silicone. Terminez en posant les moulures. Si votre cadre est abimé, deux solutions s’offrent à vous. Soit la dépose, soit la rénovation sans dépose. Il faudra dans le premier cas effectuer des travaux importants et abimer le contour de la fenêtres – prévoir une nouvelle peinture, papier peint… La rénovation n’entraîne pas ce désagrément mais réduit la fenêtre.

En effet, il faut poser un nouveau cadre sur le dormant existant. Pour cela, retirez les ouvrants puis les charnières. Votre dormant doit être le plus lisse possible afin de pouvoir y viser le nouvel équipement sans risque. Vissez ensuite sur le dormant ancien sauf la partie basse qui sera vissée directement sur le bâti – pour éviter le risque d’infiltration. Avant de poser les ouvrants, vérifiez que votre cadre est bien droit. Posez les joints puis les vantaux avant de procéder aux finitions – cache vis, poignée…

Comment entretenir votre piscine ?

L’entretien de la piscine relève parfois de quelques gestes simples avec des matériels courants. Dans un premier temps, il faudra veiller à la qualité de l’eau. Après, il serait nécessaire de veiller sur la propreté du bassin et garder un œil sur la tuyauterie.

Traiter l’eau régulièrement contre les contaminants

Les contaminants tels que la sueur, les cheveux ou les produits cosmétiques vont amoindrir la qualité de l’eau d’une piscine. C’est pour cette raison qu’il faudra régulièrement utiliser un désinfectant tel que le chlore. Il faudra juste noter que ce stérilisant bon marché peut irriter les peaux sensibles. La dose recommandée est de 1mg/litre avec un chlorage toutes les trois semaines. Les pastilles ou les galets de chlore à diffusion lente à placer dans le système de filtration évitent les oublis. Des régulateurs sont vendus sur le marché pour ne jamais se tromper sur le dosage. Le chlorage évite l’accumulation de bactéries et d’autres agents pathogènes. Un papier pH aidera à garder la qualité de l’eau. L’idéal serait de garder le pH7, c’est-à-dire ni basique ni acide.

Nettoyer chaque centimètre carré du bassin

Entretenir la piscine signifie également maintenir la propreté. Il faudra enlever manuellement les feuilles mortes et d’autres déchets solides. Après, le nettoyage de la surface du bassin doit être fait régulièrement avec un balai aspirateur pour piscine. Une brosse à manche longue peut servir, mais un robot de piscine sera plus pratique. Des modèles électriques ou avec air comprimé sont actuellement disponibles. Il suffit de les plonger dans la piscine et l’automate fera le reste sans assistance. Les surfaces verticales sont à nettoyer à la main.

Prendre soin de la tuyauterie et du moteur

Les tuyaux constituent l’âme de la piscine. L’accent doit être porté sur les skimmers. Ce sont les filtres qui retiennent les impuretés lors du recyclage de l’eau. Il faudra les changer de manière régulière. Autrement, certains filtres se rincent avec du savon. Le bon fonctionnement de la pompe et du manomètre à pression sera également à vérifier régulièrement. Ces équipements assurent le renouvellement de la flotte. Les dépôts de calcaires et de sable sont à éviter. En dernier non des moindres, une bâche de protection est indispensable, notamment pour les piscines extérieures. La glace et les écarts de températures altèrent les matériaux.

Nos conseils pour la maçonnerie rudimentaire

La maçonnerie rudimentaire consiste dans les petits travaux de construction par assemblage de matériaux et d’éléments. Nous vous présentons quelques techniques simples de bricolage pour une pratique de maçonnerie à domicile et des points à connaître dans le domaine de la maçonnerie. Vous pouvez apprendre rapidement des notions simples et basiques pour devenir autonome. Le principe est la mise en œuvre d’éléments simples comme brique, mortier, béton armé, parpaing, etc. Le premier conseil est basé sur le choix de carrelage pour revêtement fonctionnel et esthétique. Le premier principe est de reconnaître les grandes familles de carrelage, choisies en fonction de la pièce. On compte notamment : la faïence avec coloris vifs et grande variété de surface, le grès émaillé et résistant, le grès cérame pleine masse, le grès cérame poli, les carreaux en pierre, etc.

Le traitement micro poreux est dans tous les cas recommandé pour garantir l’étanchéité. Le deuxième conseil consiste dans la réalisation de construction en dalles de béton. La profondeur doit dépendre grandement de la nature du sol. Pour un sol sablonneux, celle-ci doit être au moins de 7 et de 9 pour une terre argileuse. Il est nécessaire de bien nettoyer le fond d’évacuation et d’enlever tout débris et roches avant d’égaliser avec râteau. Voici quelques étapes de construction de patio : recouvrir d’une membrane géotextile la partie excavée avant l’ajout de pierre concassée pour étendre ensuite la criblure de pierre au râteau. Compacter par couches successives avec épaisseur minimale de 4 à 6. Ensuite, passer une plaque vibrante et installer les dalles tout en vérifiant régulièrement l’alignement de niveau. Enfin, étendre du sable à béton sur dalles et balayer afin de faire pénétrer les joints.

Le prochain conseil est un recueil d’astuces avant démarrage de carrelage. Il s’agit d’une petite liste de priorités à mettre en pratique : identifier les matériaux, identifier surface, identifier collage, éliminer toute trace de vieille colle, gratter les anciennes finitions comme vernis ou autres, l’importance étant d’adapter tous matériaux les uns aux autres. La toiture est également une branche intégrante de la maçonnerie rudimentaire. Pour bien entretenir votre toiture, il est nécessaire de la rénover régulièrement, d’effectuer de temps en temps de nouvelle installation et bien évidemment de réparer si besoin. Pensez à un entretien annuel de votre toiture. Toute pratique de maçonnerie rudimentaire consiste dans l’adaptation suivant les différents plans de maison. Même si vous décidez de faire appel à un professionnel, il est toujours utile de connaître certains plans communs.

En voici quelques exemples : bungalow pour personnes âgées ou handicapées, maisons européennes, style craftsman ou artisanal, chalet, style contemporain, champêtre dans un style rustique, etc. Tous ces détails sont utiles à savoir avant toute réalisation de maçonnerie rudimentaire dans le cadre de bricolage.

Les nettoyeurs à haute pression pour l’entretien du jardin

Vous avez une surface extérieure à nettoyer mais ne savez pas comment vous y prendre sans y passer des heures ? Les nettoyeurs à haute pression pour l’entretien de votre maison sont parfaits pour nettoyer les terrasses et mobiliers extérieurs sans pour autant vous immobiliser à la tâche durant toute une après-midi.Le plus important est de bien choisir votre nettoyeur haute pression, en fonction de la fréquence d’utilisation et de son utilisation principale ainsi que de la surface à nettoyer.

Êtes vous un utilisateur occasionnel ou régulier ? Comptez-vous vous servir de votre nettoyeur haute pression une à deux fois par an ou plutôt une fois par semaine ?Si vous ne sortez votre nettoyeur haute pression que très occasionnellement, alors il vous suffira d’une machine performante, sans avoir besoin de mettre le prix dans une machine sophistiquée aux options plus détaillées. Un conseil à considérer toutefois sur toute situation : Misez sur un bon appareil et ne vous jetez pas sur le premier présenté en publicité. Votre nettoyeur haute pression vous apportera la fiabilité d’un bon investissement rentable, car vous pourrez l’utiliser sur le long terme. A condition de bien le choisir…

Renseignez-vous sur la puissante et le débit d’eau. Plus la puissance de la pression exécutée sera importante, plus votre terrasse sera décrassée. Attention toutefois : Puissance maximale ne veut pas dire puissance adéquate à votre extérieur ! Elle ira bien pour le carrelage extérieur par exemple, un matériau dur et un sol qui ne risque pas d’être détérioré à son tour. Cela correspondra également aux résidus de peinture après travaux. Si vous avez une terrasse en bois cependant, misez sur une plus petite performance, ou un appareil à possibilité de variation de la pression, plus en adéquation avec ce sol qui demande davantage de délicatesse.

Dans un sens général : Pour un usage régulier, choisissez plutôt une pression supérieure à 140 bars qui vous permettra de ne pas vous fatiguer alors que pour un usage occasionnel une pression supérieure à 110 bars sera déjà bonne.

Question débit d’eau, celui-ci sera profitable lors de l’automne lorsque les feuilles tomberont sur votre terrasse. Le débit d’eau représente en résumé la rapidité du nettoyage, et vous permettra d’aller vite. A partir de 1400 Watts, le débit sera suffisant pour un occasionnel, et de 2000 Watts pour un intensif.

Astuce pour réparer une table bancale

Rien de plus énervant qu’une table bancale. Pour pouvoir solutionner rapidement ce problème, il existe plusieurs méthodes. Elles vous permettront toute d’obtenir une table stable. La solution la plus simple mais aussi la plus éphémère consiste à poser sous le pied de la table ou du meuble bancale un morceau de carton ou de bois afin de rétablir l’équilibre. Cependant, cela ne tiendra pas très longtemps puisque dès que la table sera déplacer, elle sera de nouveau bancale. Avant toute chose, il faut bien vérifier qu’un caillou ou une punaise ne s’est pas bloqué dans le bois, occasionnant la différence de hauteur.

Pour pouvoir rétablir la stabilité de votre meuble de façon pérenne, il est préférable de prendre quelques minutes pour découper un morceau de liège ou de bois de la même largeur que celle du pied le plus court. Il faut au préalable vous assurer que l’épaisseur de la cale est bien celle recherchée. Une fois que votre cale est découpée, vous n’autre plus qu’à la coller sur le pied avec de la colle à bois.

Une autre option pour réparer une table bancale consiste à raboter ou scier les pieds pour qu’ils soient tous à la même longueur. Cela permettra d’éviter qu’un des pieds ne fasse pencher le meuble. Avant d’avoir recours à cette technique, il est préférable de vérifier que le sol est bien plane et que le problème vient bien du meuble ! Vous pourrez ensuite ajouter 4 cales de la même épaisseur pour retrouver la hauteur d’origine de votre table.

Quelque soit la technique pour laquelle vous optez, il est préférable d’utiliser un niveau pour être sûr d’avoir des pieds de table de la même longueur.  Vous aurez ainsi une table parfaitement stable et vous pourrez la déplacer sans risquer de perdre sa stabilité. Si votre table n’est pas en bois, les techniques sont les mêmes mais les outils doivent être adaptés.